Edit

About Us

We must explain to you how all seds this mistakens idea off denouncing pleasures and praising pain was born and I will give you a completed accounts off the system and expound.

Contact Us

Edit

About Us

We must explain to you how all seds this mistakens idea off denouncing pleasures and praising pain was born and I will give you a completed accounts off the system and expound.

Contact Us

 Même les gros durs ont fondu

Mathilde Gremaud et Noémie Kolly ont été célébrées avec une grosse dose de chauvinisme à La Roche.

Article paru dans La Liberté, 9 mai 2022 – Patricia Morand

La Roche, village olympique», a-t-on souvent entendu samedi dans la salle ou les rues de la commune gruérienne lors de la réception officielle de Mathilde Gremaud et Noémie Kolly, les deux skieuses du cru qui ont vu les Jeux de Pékin en février dernier. «La Roche, je ne connaissais pas», a avoué Urs Lehmann. Au nombre des orateurs, le président de Swiss-Ski a répondu à l’invitation de la freestyleuse, première nommée, médaillée d’or en slopestyle et de bronze en Big Air sur la neige chinoise. «Je voulais découvrir cet endroit. Je ressens une passion et un enthousiasme incroyable», a apprécié celui qui a été champion du monde de descente en 1993.

La Roche, au pied de la Berra, a réuni ses deux championnes. Les célébrations ont commencé par un cortège – qui a passé entre les gouttes – dans la rue principale. Entre la fanfare et les sonneurs de cloches, Mathilde Gremaud et Noémie Kolly ont salué les spectateurs, bien calées sur les sièges de la calèche, en compagnie du syndic de la commune Bertrand Gaillard et du conseiller d’Etat Didier Castella. Juste derrière l’équipage, lçs autres personnalités politiques ou sportives présentes et les membres du ski-club du lieu ont usé leurs semelles. La cérémonie s’est poursuivie à l’intérieur de la salle des fêtes, alors que la pluie n’invitait pas à rester dehors.

Les spectateurs étaient peut-être moins nombreux que lors de la réception de 2018, quelques jours après la médaille d’argent olympique de Mathilde Gremaud dans le slopestyle de PyeongChang, mais la ferveur était toujours aussi intense.

Meilleur ratio du monde

De La Roche, il a encore été question dans les discours. «Vous avez mis le village entier sens dessus dessous», a constaté le préfet de la Gruyère, Vincent Bosson. «Deux Rochoises dans la même sélection olympique, c’est, pour une commune de 1800 habitants, le meilleur ratio du monde», s’est exclamé Didier Castella. «Pour faire pareil, Zurich devrait envoyer plus de 400 athlètes, et Paris plus de 1000! Alors oui, nous avons le droit d’être chauvins.

Même les gros durs de La Roche ont fondu», a rappelé le conseiller d’Etat. «Bravo Mesdames, c’est très fort!» Et de poursuivre, un bonnet sur la tête, avec une interprétation revisitée de la chanson de Rasta Rockett conclue par: «En Gruyère aussi, le ski a des pépites!» L’auditoire ne demandait que ça pour continuer à applaudir. Des cadeaux remis aux skieuses, on relèvera le chèque de 42 000 francs offert par Romain Collaud au nom du gouvernement cantonal à Mathilde Gremaud. 42 000 francs? La valeur, pour l’Etat de Fribourg, de l’or et du bronze olympiques. Dans la foule, une remarque toute de bonhomie a fusé: «C’est elle qui nous invite, maintenant…»

La marque des champions

Le parcours de chacune des deux skieuses – sans oublier le titre national de Noémie Kolly en combiné ou ses départs en Coupe du monde – a été maintes fois rappelé. La diffusion d’un entraînement de la descendeuse de 24 ans sur la piste de Yanqing ou des runs de la freestyleuse de 22 ans vers la médaille sur écran géant, avec les commentaires originaux de la RTS, a été appréciée, suscitant pour certains les mêmes émotions qu’en direct au milieu de la nuit voici trois mois. Ancien compétiteur, Urs Lehmann a mis le doigt sur un point particulier en évoquant les exploits de Mathilde Gremaud: «Les heures entre la 3e place obtenue dans le Big Air et les qualifications du slopestyle, comme ce qu’a vécu Mathilde (la Gruérienne avait confessé avoir ressenti un grand vide, ndlr), sont dures à vivre pour un athlète.

Je l’ai expérimenté. Savoir enchaîner, seuls les champions en sont capables!» Et de rappeler que ce n’est pas donné à tout le monde d’obtenir trois médailles en autant de compétitions aux Jeux. Le président de Swiss-Ski a également précisé que si Noémie Kolly avait été envoyée en Chine, ce n’était pas pour gagner des médailles, mais de l’expérience. «Et dans quatre ans, si elle continue, elle ira à Cortina avec l’objectif de gagner des médailles! Nous la soutenons de toutes nos forces.»

Une rue après un module?

Le syndic Bertrand Gaillard a parlé d’avenir, lançant deux promesses: «Noémie, dans quatre ans, c’est ta médaille que nous fêterons dans cette salle. Et Mathilde, la rue à ton nom n’est pas encore à l’ordre du jour, pour, peut-être, ne pas te porter malchance pour la suite.» Président de l’association fribourgeoise de ski & snowboard, Stéphane Gaillard a, lui, annoncé qu’un module de slide du snowpark de La Berra portera le nom de la championne olympique. «Mathilde et Noémie sont l’exemple parfait qu’il ne faut jamais abandonner. Que vos exploits fassent encore rêver plein d’enfants!» »

MATHILDE GREMAUD: «C’EST UN PLAISIR DE FAIRE PLAISIR»

Les enfants ont été nombreux à profiter des festivités, aussi fiers que les aînés, les yeux rivés sur les deux championnes. Ils ont pris des selfies ou récolté des signatures. Mathilde Gremaud et Ndémie Kolly ont pris soin de répondre à tout le monde. Les deux skieuses sont des exemples, d’un naturel apprécié. La descendeuse a rappelé qu’elle faisait partie des fans de la freestyleuse.

«Cela n’a jamais été mon truc d’être au centre de l’attention. Mais c’est agréable de partager ces moments avec Mathilde. La fierté des gens de notre région est remarquable. Mes coéquipières m’ont dit que ce n’est pas la même chose en Suisse alémanique», souligne celle qui a déjà repris les entraînements physiques depuis une semaine en vue de l’hiver 2022-2023. La championne olympique n’a, pour sa part, pas manqué de féliciter son aînée, en ajoutant qu’elle se réjouissait d’aller à Cortina avec elle.

«C’est beau d’avoir du succès, mais c’est aussi un plaisir de faire plaisir», a-t-elle souligné en constatant le soutien indéfectible des gens de son village. «Contrairement à 2018, la tension était retombée. Les émotions étaient là, même si cela a été plus facile pour moi de ne pas pleurer.»