Edit

About Us

We must explain to you how all seds this mistakens idea off denouncing pleasures and praising pain was born and I will give you a completed accounts off the system and expound.

Contact Us

Edit

About Us

We must explain to you how all seds this mistakens idea off denouncing pleasures and praising pain was born and I will give you a completed accounts off the system and expound.

Contact Us

 L’évolution du climat se sent dans les forêts

L’évolution du climat se sent dans les forêts

Fribourg a participé à une enquête nationale sur la perception de la forêt par la population. Les résultats permettront d’ajuster la politique dans ce domaine.

Article paru dans La Gruyère, 22 mars 2022 – Dominique Meylan

Fribourg a participé à une enquête nationale sur la perception de la forêt par la population. Les résultats permettront d’ajuster la politique dans ce domaine.

Plus d’un quart du canton de Fribourg, l’équivalent de 54 000 terrains de football, est recouvert de forêts. En plus d’être très présents géographiquement, les bois jouent un rôle social important. C’est ce qui ressort d’une enquête suisse, présentée hier dans le bois de Moncor à Villars-sur-Glâne. Comme d’autres cantons, Fribourg a investi 50 000 francs pour disposer d’un monitoring détaillé. «Les résultats constituent un guide pour adopter la meilleure politique forestière possible», a souligné Didier Castella, directeur des Institutions, de l’agriculture et des forêts en conférence de presse. Cette étude constitue aussi un outil d’information et de sensibilisation. «Cela permet d’expliquer les différents rôles de la forêt», poursuit le Gruérien.

Le sondage a été mené en 2020, juste avant le début de la pandémie. Pour la Confédération, il s’agissait de la troisième étude après 1997 et 2010. Presque la totalité de la population suisse (9596) se rend régulièrement en forêt, ce qui constitue une nouvelle valeur record par rapport aux enquêtes précédentes. «Les Suisses se sentent à la maison dans la forêt», se réjouit Katrin Schneeberger, directrice de l’Office fédéral de l’environnement. Dérèglement climatique Les deux tiers des personnes interrogées dans le canton estiment que la santé de la forêt s’est dégradée ces vingt dernières années.

Cette inquiétude pour le dérèglement climatique représente un des principaux enseignements de cette étude. Quelque 4396 des Fribourgeois ont vu des changements dans les forêts où ils ont leurs habitudes. Ce sont surtout les adultes qui notent cette évolution, alors que les jeunes y sont moins sensibles. Dans le bois de Moncor, où les médias étaient réunis, cette dynamique se perçoit également. De jeunes chênes ont été plantés pour remplacer des hêtres, qui supportent mal le climat actuel.

Le Service des forêts et de la nature travaille sur différents axes pour répondre à ces changements climatiques. Il s’agit d’augmenter la résilience des forêts après des tempêtes, des périodes de chaleur ou de sécheresse, d’accentuer leur résistance et d’améliorer leurs capacités d’adaptation. Un peu plus loin dans les bois, il faut enjamber des arbres récemment abattus pour se frayer un chemin. L’exploitation forestière est très bien acceptée par la population, selon le monitoring. Cette fonction est encore plus importante pour les Fribourgeois.

Ces derniers sont particulièrement favorables à la production de bois-énergie. Dans le canton, il serait d’ailleurs possible de davantage exploiter cette matière première. Calme et sérénité La majorité des Fribourgeois viennent en forêt pour se promener. Ils sont très nombreux, davantage que la moyenne suisse, à y chercher de la détente et à vouloir observer la nature. Ce rôle récréatif gagne en importance, par rapport aux précédents sondages.

Mais la population se sent aussi beaucoup plus facilement dérangée. Quelque 40% des Fribourgeois se promènent entre une et deux fois par semaine dans les bois. La moitié des usagers se plaint de désagréments. En tête de liste apparaissent les déchets sauvages et le vandalisme, puis viennent la cohabitation avec les cyclistes, les chasseurs et, dans une moindre mesure, les cavaliers. Là encore, le canton cherche des solutions pour soigner l’accueil du public.

«Nous essayons d’améliorer la sécurité des promeneurs en créant par exemple des espaces séparés pour les cyclistes», explique Frédéric Schneider, chef de l’arrondissement forestier Une charte de comportement entre les différents usagers de la forêt est aussi envisagée. Pour la très grande majorité des Fribourgeois (95%), la fonction la plus importante de la forêt reste celle d’un habitat pour les plantes et les animaux. L’acceptation du bois mort, important pour la biodiversité, a considérablement augmenté ces dix dernières années.