Un projet de loi pour lutter contre les déchets sauvages

Avant-projet de loi Le 14 novembre 2013, sur proposition du Conseil d’Etat, le Grand Conseil a accepté la motion des députés Antoinette Badoud et Didier Castella intitulée « lutte contre les déchets sauvages ». Un avant-projet de loi a été mis en consultation du 3 février 2016 au 8 avril 2016. Le renforcement de la sensibilisation a été salué. La sanction pécuniaire a été largement soutenue. Des précisions ont été demandées et des propositions formulées, notamment en ce qui concerne la définition du cadre de l’espace public ou privé, l’allocation des recettes des amendes, la délégation de compétence ou encore le principe de proportionnalité face à d’autres infractions. Le projet de loi tient compte des remarques exprimées. [Communiqué du Conseil d’Etat] Dans sa séance du 3 juillet 2018, le Conseil d’Etat a adopté et transmis au Grand Conseil le projet de loi modifiant la loi du 13 novembre 1996 sur la gestion des déchets (LGD). De nouveaux articles y sont inscrits pour punir d’une amende d’ordre les personnes qui auront jeté ou abandonné de petites quantités de déchets dans les espaces publics ou à proximité. Un renforcement des actions de sensibilisation est également prévu pour lutter contre les déchets sauvages. Canettes dans la rue, papier en tous genres sur les rives des cours d’eau, PET dans la forêt: les déchets sauvages s’accumulent dans les espaces publics. Ce phénomène appelé « littering » est un problème de société qui a pris une ampleur importante ces dernières années, notamment en raison des modes de consommation rapide qui se sont sensiblement développés. Le littering fait partie des préoccupations de la population et a un réel impact sur la qualité de vie. Il représente également un coût important pour les collectivités locales. Le projet de loi transmis au Grand Conseil a pour but de lutter contre les déchets sauvages et de donner suite à la motion déposée par les députés Antoinette Badoud et Didier Castella le 14 mai 2013. Amendes d’ordre Le fait de jeter ou d’abandonner dans des espaces publics ou à proximité des petites quantités de déchets tels que des emballages, des restes de repas, des chewing-gums, des papiers ou des mégots de cigarettes, sera passible d’une amende d’ordre. Le Conseil d’Etat déterminera dans le règlement sur la gestion des déchets la liste et le montant des amendes qui s’élèvera entre 40 et 300 francs. La compétence pour constater les infractions et infliger les amendes sera […]

Read More

Didier Castella: «Ne craignons pas les décisions impopulaires»

Homme de contraste, docteur en physique, montagnard élevé à l’ombre du château de Gruyères, Didier Castella a su forcer le destin pour devenir le 100e conseiller d’Etat de son canton. A 48 ans, il se profile comme le nouvel homme fort de la politique fribourgeoise. Le Temps, 19 mai 2018 Il n’aurait jamais dû être élu au Conseil d’Etat. Didier Castella n’était pas du bon parti, ni de la bonne région, encore moins du bon sexe. Selon les experts, la formule magique à la sauce fribourgeoise ne tolérerait pas un second homme PLR gruérien au sein de son gouvernement cantonal. Mais, docteur en physique de formation, l’homme sait que les hypothèses ne se vérifient qu’à l’épreuve des faits. Didier Castella s’est lancé corps et âme dans l’élection complémentaire provoquée par la démission surprise de la Verte Marie Garnier. Pendant que la gauche s’entre-déchirait, l’ancien président du PLR cantonal menait une campagne volontariste et rassembleuse. Lors du second tour du scrutin, le dimanche 25 mars, il était élu au Conseil d’Etat, reléguant sa concurrente socialiste à 7000 voix. Un plébiscite inimaginable quelques semaines auparavant. Didier Castella prêtera serment et entrera en fonction le mardi 22 mai. Pour beaucoup, il se profile comme le nouvel homme fort du gouvernement fribourgeois.   Le Temps: Sur les terrains de football de 3e ligue, on vous avait surnommé «le bœuf», en référence à votre jeu de solide défenseur, rugueux sur l’homme. C’est la même tactique que vous employez en politique? C’est certain qu’en football, je n’étais pas le plus doué techniquement. Physiquement, par contre, j’étais très présent, sans commettre tant de fautes que cela, je le précise. En politique, mon attitude est différente. Je ne cherche pas la confrontation à tout prix. Même s’il est vrai que je m’engage avec force, je ne crois pas être un politicien rugueux. Mais j’ai des convictions profondes, j’essaie de les défendre. Je reste néanmoins toujours disposé à négocier, à trouver des compromis. A Fribourg, on vous dit justement assagi depuis votre terrible accident du 23 juillet 2016, au Canada. Votre quad s’est renversé sur vous, brisant vos jambes et votre bassin, ce qui vous a valu de passer plusieurs mois en chaise roulante. Qu’est-ce que cette épreuve a changé en vous? Fondamentalement, je n’ai pas l’impression d’avoir changé. A travers l’accident, j’ai cependant pris conscience de ma fragilité. Dans la vie, tout peut s’arrêter très vite. Quelques secondes […]

Read More

Archives de campagne

La Télé, 26 février 2018   La Gruyère, 10 février 2018   La Liberté, 8 février 2018   Freiburger Nachrichten, 31. Januar 2018   Le Temps, 29 janvier 2018   La Gruyère, 23 janvier 2018   La Liberté, 23 janvier 2018   Freiburger Nachrichten – 23. Januar 2018   Freiburger Nachrichten – 20. Januar 2018   La Gruyère, 20 janvier 2018   La Liberté, 20 janvier 2018   La Gruyère, 13 janvier 2018   Freiburger Nachrichten – 12. Januar 2018   La Liberté, 12 janvier 2018   La Télé, 12 janvier 2018   La Liberté, 6 janvier 2018   La Liberté, 13 décembre 2017   La Liberté, 16 décembre 2017   La Télé, 12 décembre 2017   Freiburger Nachrichten – 6. Dezember 2017   La Liberté, 5 décembre 2017   Freiburger Nachrichten – 2. Dezember 2017   La Liberté, 1er décembre 2017 – Serge Gumy – Genre, cette question !    La Liberté, 2 novembre 2017, Louis Ruffieux – En prime, une entrée dans l’histoire …

Read More