Le Service de la nature et du paysage sera transféré à la Direction de l’agriculture

La Liberté, 18 décembre 2018 – PATRICK PUGIN

Conseil d’Etat » Le transfert de services d’une direction de l’Etat à l’autre est un événement plutôt rare. Et parfois il vire au psychodrame. Ce fut le cas en 2012, lorsque les Hautes Ecoles spécialisées furent rattachées à l’Economie, au grand dam d’Isabelle Chassot, alors directrice de l’Instruction publique. L’affaire avait à l’époque déchiré le Conseil d’Etat.

Rien de tel aujourd’hui. La Direction de l’aménagement, de l’environnement et des constructions (DAEC) et celle des Institutions, de l’agriculture et des forêts (DIAF) adaptent leur organisation dans un but commun: gagner en efficacité. C’est ainsi que, le 1er avril prochain, le Service de la nature et du paysage (SNP) – actuellement rattaché à la DAEC – fusionnera avec le Service des forêts et de la faune (SFF) pour donner naissance au nouveau Service des forêts et de la nature (SFN), qui dépendra de la DIAF.

Une question de pragmatisme et de bon sens, a soutenu hier devant la presse Didier Castella, chef de la DIAF: «Cette nouvelle organisation permettra de réunir au sein d’une seule et unique entité deux services qui travaillent déjà en étroite collaboration sur de nombreux dossiers.»

Coopérations améliorées
C’est l’annonce du prochain départ en retraite de Marius Achermann, chef du SNP, qui est à l’origine de cette décision, a poursuivi Jean-François Steiert, directeur de la DAEC: «Cela nous a amenés à réfléchir aux collaborations existant entre nos directions dans le domaine de la nature et de l’environnement.» Conclusion: ces coopérations pouvaient être améliorées pour gagner en efficacité dans la mise en œuvre des principales politiques publiques qui incombent actuellement au SNP.

Au nombre de celles-ci, Didier Castella cite la mise sous protection de la majorité des biotopes définis par le Conseil d’Etat. Ou la mise en œuvre du concept paysager cantonal et la réalisation des premiers projets pilotes dans les communes intéressées. Ou bien encore la révision du Plan d’affectation cantonal de la rive sud du lac de Neuchâtel, «avec un concept d’utilisation de la rive conciliant les besoins de la nature et du tourisme après le démantèlement des constructions illicites».

Gestion des eaux unique
La nouvelle organisation simplifiera par ailleurs la vie des communes et des autres partenaires de l’Etat, qui n’auront désormais plus qu’un seul interlocuteur pour les questions liées à la gestion des eaux.

En effet, certaines tâches de planification encore assurées par la DIAF (via le Service de la sécurité et des affaires vétérinaires, SAAV) seront transférées au Service de l’environnement (SEn) – qui est, lui, rattaché à la DAEC. «Là encore, il s’agit de gagner en efficience», résume Jean-François Steiert. Le SAAV continuera cependant, comme le veut la législation fédérale, à gérer le contrôle des ouvrages et l’analyse de la qualité des eaux.

Enfin, cette réorganisation n’a pas d’incidences sur les emplois: 2,15 équivalents plein-temps (3 personnes) passeront de la DIAF à la DAEC tandis que 5,4 EPT (8 personnes) feront le chemin inverse. Personne ne perd dans l’affaire, affirment en chœur les conseillers d’Etat: «C’est Fribourg qui y gagne.»